NOTRE DYNAMIQUE

Vos besoins

NOS PARTENAIRES

DOCUMENTATIONS

INTERELIANCE Harmoniser la trame de votre organisation
INTERELIANCEHarmoniser la trame de votre organisation

LA SOPHOCRATIE

Dans cette partie nous abordons tous les sujets liés au management par la "Sophocratie".

 

Interview de christine guinebretiere co-fondatrice d'integrale vision

Integral Vision est une agence qui propose des solutions avant-gardistes au niveau gouvernance, innovation et écologie pour aider les entreprises à élever leur niveau de conscience et faire partie elles-mêmes de la solution. Elle a développé ces dernières années un nouveau mode de management - la Sophocratie - qui va permettre d'eveiller l''entreprise. Rencontre avec Christine Guinebretière, co-fondatrice de l'agence, qui propose du conseil mais aussi des formations sur ce sujet.

 

1. Qu'est-ce que la "Sophocratie" ?

 

Je reprendrai ici la définition qui se trouve dans notre manuel (1) :

 

La Sophocratie repose sur le fait que, pour réussir et gérer la complexité du monde actuel, il faut libérer l’intelligence collective de l’organisation, et que pour libérer ce potentiel il faut progressivement aider ses membres à lâcher leurs egos. La notion d’égo est ici entendue comme : les peurs, les désirs, les projections, les ambitions personnelles, les sentiments de victimisation ou de supériorité qui nous aliènent.

C’est à cette condition qu’une organisation devient éveillée et peut agir avec sagesse, d’où le terme Sophocratie (du grec Sophos - sage/sagesse et Kratos - pouvoir), inventé par Platon, qui signifie littéralement « le pouvoir de la sagesse ».

 

La « Sophocratie » se caractérise par les cinq principes suivants :

  • Un système de transcendance et de supervision des egos
  • Un système de pilotage agile
  • Une structure d’autonomie/communion
  • Un écosystème d’applications et d’outils
  • Un modèle de développement partenarial et collaboratif

En résumé je dirai que la « Sophocratie » n’est pas un mode de gouvernance supplémentaire. Il s’agit plutôt d’une invitation à créer un cadre basé sur la sagesse des individus au service de l’unité du collectif.

 

(1) : Téléchargeable via le lien ci-joint

 

2. Comment  est né ce nouveau mode gouvernance ?

 

En 2008 nous avons été les premiers en France (1) à nous former aux USA à « l’Holacracy ». Cependant un constat s’est rapidement imposé à nous : le déploiement de ce nouveau mode de gouvernance dépend de la posture intérieure du facilitateur. Si le facilitateur ne sait pas transcender son ego, il ne pourra pas se distancier du processus et cela impactera le processus dont il est garant. Mais encore faut-il que le facilitateur comprenne son égo pour ne pas l’exprimer.

 

Bien entendu on ne peut se défaire de l’égo mais on peut apprendre à ne pas l’exprimer. Nous sommes donc partis de cette idée – mettre les égos à la porte pour rendre l’entreprise efficace -pour bâtir la « Sophocratie » en permettant une plus grande prise de conscience de ce qui se passe ici et maintenant. C’est pourquoi la méditation a complètement sa place dans notre façon de voir et d’enseigner la facilitation puisqu’elle permet un meilleur ancrage.

 

A l’époque le marché n’était pas prêt car il existe une certaine défiance dans notre culture Française face à la nouveauté. Nous avons donc fait évoluer progressivement notre modèle en s’inspirant de diverses sources pour permettre aux entreprises de changer de niveau de conscience et d’aider à construire un monde plus positif. Car en fin de compte il s’agit bien de cela !

 

(1) Eric Allodi co-fondateur d’Intégral Vision.

 

 

3. Intégral Vision et l’EPEA fonctionnent-t-ils en « Sophocratie » ?

 

Oui tout à fait !

 

4. Pourquoi les entreprises devraient-elles passer à la "Sophocratie" plutôt qu'à « l’Holacracy®" ?

 

Par exemple pour :

  • transcender les égos et passer à un autre mode de gouvernance, tout en respectant et magnifiant les qualités individuelles,
  • développer un réseau d’entreprises éveillées afin de changer leurs actions et l’impact sur la société.

 

Attention tout de même de ne pas enfermer la « Sophocratie » dans un simple mode de gouvernance. Nous sommes ici dans une démarche sociétale où l’entreprise et l’environnement ne font qu’un. Dans ce sens c’est aussi un écosystème constitué d’applications qui obéissent à nos cinq principes :

 

 

 

5. A quels types de problématiques font face les entreprises pour passer en « Sophocratie » ?

 

En général les entreprises qui viennent vers nous le font pour :

  • des projets qui n'avancent pas,
  • la recherche d’un collectif qui fonctionne,
  • un niveau de maturité qui n’est pas le même dans les équipes,
  • De l’innovation.

Je me permets de rajouter que la « Sophocratie » ne s’applique pas seulement aux entreprises mais aussi : aux pôles de compétitivités, aux réseaux d’entreprises, aux ONG, bref à tous ceux qui veulent apprendre à coopérer efficacement en réseau.

 

6. La « Sophocratie » s’implémente-t-elle plus facilement que l’Holacracy ? Autrement dit peut-on gagner du temps dans un projet collectif en faisant ce choix ?

 

Difficile de répondre à cette question car la notion de temps est très contextuelle. De plus je ne souhaiterais pas opposer « Holacracy » et « Sophocratie ».

Le facilitateur en Sophocratie est formé pour faire émerger une intelligence collective et la maintenir entre les collaborateurs. Les réunions sont tout de suite fluides et efficaces et l’on gagne un temps considérable dès la première réunion.

De ce fait le décideur peut tout de suite comprendre son intérêt. Pour moi l’importance du collectif est fondamentale; dans la nature personne n’est séparé, nous sommes tous interdépendants et c’est à nous, les accompagnateurs, de l’incarner.

 

7. L’accès à ce nouveau mode de gouvernance semble plus aisé, mais comment expliquer le manque de communication sur le sujet ?

 

Il est vrai que jusqu’à maintenant nous faisions peu de communication sur le sujet, mais les choses sont en train de changer.

 

8. Quelles sont les caractéristiques de la formation ?

 

Il existe deux types de formations :

  • pour les entreprises où nous formons des salariés à la facilitation, ce qui prend en général 6 mois,
  • pour les coachs dans la cadre de notre « Sopholab », suivant un programme d’accompagnement qui prend 2 ans (Cf. notre site )

Par ailleurs, et dans un souci d’ouverture, notre modèle de développement de la « Sophocratie » est de type « open source » et son développement est collaboratif.

 

9. La formation nécessite-t-elle des prérequis ?

 

La formation en « Sophocratie » ne nécessite aucun prérequis ni pour les entreprises ni pour les coachs.

 

Cela relève plus de motivations intrinsèques. Un chef d’entreprise ou un manager détecte, suite à des dysfonctionnements récurrents, que son collectif ne fonctionne pas, qu’il faut changer de gouvernance ou la faire évoluer.

 

Le coach lui s’intéresse plus à son évolution. Cela passe donc par la transcendance de ses propres limitations. Mais de plus en plus, le coach souhaite apporter à ses clients une gouvernance qui ait du sens et lui corresponde.